Choisissez une couleur:

Avril 2014


couv_avril_2014_site.jpg

ok

Vidéo

Get the Flash Player to see this player.

Photo du mois

6 minutes par jour

Album Benoît

  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
2012 décembre Plantons dès aujourd’hui les forêts de demain Imprimer Envoyer
jouzour_loubnan_site.jpg
La mission de Jouzour Loubnan est de reboiser les hautes montagnes arides du Liban. Son slogan: «60000 arbres plantés, à votre avis, est-ce suffisant?» Le 6 décembre, le Liban célèbre la fête de l’arbre, une occasion d’y réfléchir et d’agir.

« Nous avons choisi de reboiser les hautes montagnes situées à moins de 2300 mètres d’altitude, limite boisée au Liban, car ces régions sont arides alors qu’il y a plus de cent ans, elles étaient recouvertes de cèdres poussant jusqu’à 2000 mètres d’altitude et de genévriers, jusqu’à 2300 mètres, dont seuls des vestiges sont encore visibles, explique le Dr Magda Bou Dagher Kharrat, professeur associé à la Faculté de sciences de l’USJ et vice-présidente de Jouzour Loubnan.
La coupe sauvage, les incendies et le surpâturage sont les principales causes de la disparition de cette couverture verte. De plus, les expériences faites en laboratoire ont montré que le genévrier a un cycle de reproduction lent: les graines de certains genévriers ne germent qu’au bout de 3 ans et le taux de graines susceptibles de germer est bas.»

Reforestation

Jouzour Loubnan peut être fière de ses réalisations. Grâce à de généreux donateurs et à la mobilisation de centaines de volontaires, plus de 700000 mètres carrés ont été plantés avec 60 116 arbres natifs (espèces qui poussent naturellement au Liban) dans huit régions libanaises (Kfardebiane, Chabrouh, Aïnata, Ehmej, Beiteddine, Akoura, Aïn Zebdé et Bteddy).
«Mais il reste encore beaucoup à faire, reconnait le président de Jouzour Loubnan. Sept cent mille mètres carrés à comparer à la surface non boisée du pays de plus de 9 milliards de mètres carrés ne représentent que 0,008 %, autant dire une goutte d’eau dans l’océan.»

Jouzour Loubnan assure aussi la pérennité de ses plantations durant trois ans, période nécessaire pour que les racines de l’arbre atteignent les couches humides du sol et soient à l’abri de la sécheresse estivale. Ces plants sont protégés et régulièrement irrigués. «Jusqu’à présent, affirme Magda, 90% des arbres plantés ont survécu. Les pertes sont dues à des activités humaines irresponsables: ski-doo, ATV.»
«Le 20 octobre 2012, poursuit-elle, nous avons inauguré à Kfardebiane l’installation d’une clôture autour d’un terrain de 3 millions de mètres carrés où seront plantés 120 000 arbres. Ce projet est financé par LRI, une initiative de USaid. Il faudra compter une quinzaine d’années avant de voir nos montagnes se couvrir de forêts.»

La recherche scientifique

Parallèlement aux campagnes de reforestation, des scientifiques analysent et étudient la répartition des espèces d’arbres qui poussent au Liban. À la Faculté des sciences de l’USJ, un laboratoire, financé par Jouzour Loubnan a été aménagé : 95 espèces de plantes natives y sont conservées et leurs protocoles de germination en cours d’essai. Des études génétiques sont aussi réalisées sur des espèces natives pour comparer leur ADN avec celui de populations qui poussent ailleurs. «Les études ont prouvé qu’il valait mieux planter, par exemple, des graines de populations de genévriers de Turquie qui poussent à la même altitude que nos genévriers car elles sont plus proches génétiquement que celles qui poussent au Liban à de plus basses altitudes. Alors que ce n’est pas le cas pour les cèdres», souligne Magda. 

Impliquer les communautés locales

«Pour donner toutes les chances de réussite à leurs campagnes, Jouzour Loubnan implique les populations locales dans les différentes étapes du reboisement et dans la protection du site planté. Les résultats sont encourageants. Les municipalités adoptent les campagnes de reforestation comme étant les leurs. Aujourd’hui, elles en demandent d’autres. La municipalité de Aïnata a même créé son propre projet de reforestation.» 

Campagnes de sensibilisation

Une prise de conscience de la société civile et des politiques est nécessaire pour que la mission de Jouzour Loubnan porte ses fruits. L’association organise avec des étudiants de la faculté des sciences à l’USJ, dans le cadre de l’opération 7e jour, des ateliers pour familiariser les élèves de tout âge avec l’arbre et les encourager à participer au reboisement du pays. Des arbres ont été plantés avec les scouts, l’armée, les soldats de la FINUL, les employés d’entreprises et leurs enfants et les communautés locales. Leurs projets sont patronnés par des membres du gouvernement et le président de la République. 

Pourquoi préserver les forêts?

Les forêts sont des écosystèmes qui offrent un habitat pour une grande variété de plantes et d’animaux.
Elles fixent le sol et empêchent l’érosion des sols et la désertification.
Elles absorbent le CO2 et rejettent le dioxygène, participant ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique.
Elles captent et filtrent l’eau de pluie.
La forêt est un lieu de loisir et de détente. 

Plusieurs espèces d’arbres plantés

Jouzour Loubnan a planté des cèdres du Liban, des genévriers, des pins, des caroubiers, des amandiers et pruniers sauvages, des chênes, des noyers, des châtaigniers. La plantation des espèces varie avec la nature du terrain et l’altitude.  

Appel aux volontaires

Vous êtes jeunes et motivés? Vous pouvez participer aux campagnes de plantation. Elles sont annoncées sur le site: www.jouzourloubnan.org ou sur la page Facebook : Jouzour loubnan.
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Sujet:
Commentaire:
  Code de vérification. Lettres minuscules seulement et sans espace.
Code de vérification: