Choisissez une couleur:

Avril 2014


couv_avril_2014_site.jpg

ok

Vidéo

Get the Flash Player to see this player.

Photo du mois

6 minutes par jour

Album Benoît

  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
2011/05 La cigarette, une vie qui part en fumée Imprimer Envoyer
cigarette_site.jpg

Une cigarette, c’est 6 minutes de vie en moins. 3500 Libanais meurent du tabac. 60 % des adolescents libanais de 13-15 ans sont fumeurs. Face à ces chiffres alarmants, n’est-il pas temps d’agir pour sauver des vies ?

Le Liban est le deuxième pays du Moyen-Orient où le taux de tabagisme est le plus élevé et le premier pays présentant la plus grande proportion de cas de cancers.
En 2005, le Liban signe la Convention - cadre du contrôle de tabac, de l’OMS, mais n’a toujours pas appliqué la loi ; bien que la majorité des pays de la région, telle que la Syrie, l’ait déjà mise en œuvre. En attendant, ce sont des lois à minima qui sont proposées, comme la création de zones antifumeurs dans un restaurant où l’air circule partout ! « Nous sommes offusqués par la lenteur de l’élaboration d’une loi, confie Elsa Yazbek Charabati, membre fondatrice de TFI*, voire révoltés de découvrir que la politique intervient dans tout ce qui touche au bien-être des gens. Certains politiciens ont des actions dans les compagnies de tabac, et ne peuvent perdre autant d’argent. Nous sommes outragés que les intérêts politiques et économiques priment sur la santé des gens. Nous voulons une loi qui soit à la hauteur de nos espoirs. En attendant, nous continuons à mener nos campagnes, et à exercer du lobbying auprès des députés et des chefs parlementaires pour les inciter à officialiser cette décision. »

 

Une addiction mortelle
La cigarette est une drogue, compte tenu de la nicotine qu’elle contient. Elle nous empêche d’être libres d’arrêter de fumer, quand nous le désirons. « Au Liban, les méfaits du narguilé sont banalisés, explique Elsa. Or, les gens se trompent.» Des études prouvent qu’un narguilé fumé c’est l’équivalent de 40 cigarettes. D’autres vont jusqu’à affirmer qu’un narguilé vaut 100 cigarettes ! En effet, l’eau du narguilé ne filtre pas la fumée. Le fait qu’elle retienne une partie de la nicotine au passage incite les fumeurs à inhaler plus profondément à travers le tuyau pour être satisfaits de leur dose. La fumée pénètre alors davantage dans leurs poumons, et les expose à des quantités plus importantes de substances cancérigènes et monoxyde de carbone. D’où les nombreux risques sanitaires pour fumeurs actifs et passifs.

Un fumeur perd 20 ans d’espérance de vie. L’addiction à la cigarette ou au narguilé mène à différentes maladies : cancers, angine, bronchite, maladies cardiovasculaires, altération de la peau, du moral… Le fumeur passif est également exposé.

 

La solution : une loi antitabac
À l’occasion de la Journée mondiale antitabac en 2010, TFI a fait signer une pétition, en collaboration avec de nombreux syndicats et ONG, revendiquant l’application de la loi antitabac qui devrait répondre aux critères suivants, conformes à l’OMS :
– Interdire la cigarette dans les endroits publics fermés.
– Augmenter les taxes ajoutées à la cigarette.
– Interdire tout genre de publicité sur la cigarette diffusée dans tous les médias.
– Mettre un avertissement de santé sur les deux côtés d’un paquet de cigarette, et qui occupe 40% de la superficie de la boîte.
– Interdire l’accès au tabac aux moins de 18 ans.

 

Aux jeunes : Respirez la vie !
« Vous êtes la principale cible des publicités de tabac, conclut Elsa Yazbek Charabati. Vous devez être conscients qu’on vous dupe. N’entrez pas dans ce faux jeu de la société : On est cool si on fume. Bien au contraire, on peut réussir sa vie et être en bonne santé sans cigarette. Soyez conscients des dangers du tabac, et donnez le bon exemple à vos parents. Respirez la vie et non la mort. »

 

« Ginette » un resto sans cigarette !
Inauguré en décembre 2010, «Ginette» est une boutique-restaurant où il fait bon manger sans l’odeur de la cigarette.
« Rien n’est plus désagréable que d’arriver dans un restaurant et de sentir l’odeur de la cigarette, affirme Magda Abillama, co-propriétaire de l’endroit. Nous avons opté pour un concept sain et mieux adapté à l’architecture du lieu. Certains clients nous remercient, d’autres se plaignent. On leur propose alors de sortir à la terrasse réservée aux fumeurs.
« Nous avons besoin d’espaces non-fumeurs au Liban, souligne Raed Abillama, architecte de “ Ginette ”. Voilà ce que nous offrons à nos clients, alors que très peu le font. À mon avis, c’est un manque de persuasion de la part des restaurateurs : si le message est clair, la loi passera.»

 

Pour ou contre l’application de la loi antitabac ?
• Je suis non-fumeuse et ça me révolte de subir la cigarette des autres. Tous les dimanches, je fais de la natation : lorsque la veille, je passe la soirée dans un endroit baigné de fumée, je sens le lendemain que mes poumons sont fatigués, et ma performance est ainsi troublée. (Nadine)
• Je suis pour l’application de la loi, surtout au travail. Si les gens veulent s’intoxiquer, qu’ils le fassent, sans intoxiquer les autres. Je pense qu’il faut qu’il y ait des restaurants avec espaces fumeurs et non-fumeurs. (Nathalie)
• Je préfère me rendre dans des restaurants sains et lights. Que celui qui veut fumer, le fasse sans empiéter sur la vie des autres. (Karim)
• Il faut interdire la cigarette dans les endroits publics. La fumée de cigarette s’infiltre dans nos cheveux, nos habits. Ça pique les yeux et ça nuit aux femmes enceintes. On évite les endroits envahis par le brouillard de la cigarette, pour ne pas devoir s’en aller trop vite. Il faut respecter les gens dans les lieux publics. (Déa et Fath)
• Je fume mais je suis pour l’application de la loi antitabac. Ça m’aidera à réduire le nombre de cigarettes que je fume par jour. Moins on fume, et plus on s’habitue à vivre sans cigarette ! (Joëlle)

Les chiffres au Liban
80% des enfants et 53% des nouveau-nés sont des fumeurs passifs et sont exposés aux maladies causées par la cigarette.
90% des jeunes sont touchés par la publicité des produits du tabac.
En 2010, 32,6% des écoliers ont essayé de fumer la cigarette et 52,35% le narguilé, alors que 9,5% sont des fumeurs réguliers de cigarette et 16% de narguilé.
En revanche, 65% des adultes libanais sont non-fumeurs et ont le droit de jouir d’un environnement sain, ainsi que leurs enfants, selon les conventions internationales des droits de l’homme.

 

Tobbacco Free Initiative
TFI est une ONG libanaise spécialisée dans la lutte contre le tabagisme. Fondée en l’an 2000, suite au décès de Me Antoine Kairouz, dû à un cancer des poumons, son principal objectif est la prévention des jeunes contre les méfaits du tabac. Ses actions se manifestent par des campagnes menées contre le matraquage publicitaire, afin de montrer l’envers du décor, des interventions interactives dans les écoles soutenues par le père Marwan Tabet, secrétaire général des écoles catholiques, et animées par des personnalités auxquelles les jeunes s’identifient, ainsi que des concours interscolaires. TFI a également lancé il y a deux ans, le projet «Écoles sans tabac»: les écoles qui signent la «Charte sans tabac» engagent le personnel, les professeurs et les élèves à ne pas fumer à l’intérieur de l’établissement. 12 écoles ont déjà répondu à l’appel. L’association encourage d’ailleurs les élèves à créer dans leurs écoles des clubs antitabac pour influencer leurs camarades et leurs parents.


Stéphanie JABRE

 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Sujet:
Commentaire:
  Code de vérification. Lettres minuscules seulement et sans espace.
Code de vérification: