Choisissez une couleur:

Avril 2014


couv_avril_2014_site.jpg

ok

Vidéo

Get the Flash Player to see this player.

Photo du mois

6 minutes par jour

Album Benoît

  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
2007/06/30 Lutte contre la drogue Imprimer Envoyer

Choisis bien ton ivresse


 


Comme chaque année, pour la journée mondiale de lutte contre la drogue, le 26 juin, Oum el-Nour* poursuit sa campagne adressée aux jeunes et à leurs parents. En vedette, Maxime Chaya, le sport et les exploits, comme ivresse.


 


« Nous continuons sur le thème du sport, espace où les jeunes se forgent et s’apprêtent à relever les défis du monde actuel », explique Mouna Yazigi, directrice générale de Oum el-Nour. « Cette année, l’image de la campagne est Maxime Chaya, premier Libanais à avoir atteint le plus haut sommet de monde, l’Everest, (8850m). Le message de cette année est direct : « Choisis bien ton ivresse », sans artifice, ni détour, pour montrer aux jeunes que c’est d’abord leur choix et qu’ils ont le droit de rechercher les sensations fortes, mais dans l’action et les défis à relever. La présence de Maxime, ivre de bonheur sur le sommet de la montagne, montre des valeurs fortes comme le courage, la persévérance, le dépassement de soi, et renvoie à l’imaginaire ».


 


Statistiques et chiffres


Dans le centre d’accueil de Oum el-Nour, le nombre de personnes augmente d’une année à l’autre. Deux explications possibles : le nombre de consommateurs de drogue augmente au Liban ou les demandeurs d’aide ont le courage de s’exprimer face à leur problème, car la toxicomanie devient de moins en moins taboue au Liban. L’ouverture du centre de réhabilitation pour les filles à Fatka, avec une capacité d’accueil de 30 personnes, donnera la possibilité d’aider plus de filles. En parallèle, les statistiques indiquent que l’âge de la première prise diminue. 69% ont connu la drogueentre 14 et 19 ans, 19% entre 20 et 24 ans… C’est pourquoi Oum El-Nour met l’accent sur la prévention. La majorité des toxicomanes soignés dans les centres sont célibataires, habitent le grand Beyrouth mais ont des niveaux d’éducation très disparates : classes primaires, secondaires, universitaires… L’héroïne, la cocaïne, le chanvre ou cannabis sont les drogues les plus usitées. L’extasie, les amphétamines et le LSD sont moins consommés.


 


Parents et toxicomanie


Comment les parents ont découvert la toxicomanie de leur enfant** ? 51% à cause du changement d’attitude de leurs enfants, 28 % ont découvert les substances consommées, 23 % l’ont su suite à une détention par la police. Certains toxicomanes ont eux-mêmes raconté à leurs parents, d’autres ont été surpris par leur entourage et quelques-uns ont réchappé à une overdose. Face à cette situation, les parents ont réagi de différentes manières : peur, choc, déni, révolte, culpabilisation, banalisation, honte, isolement ou sentiment de trahison. Quant aux répercussions sur les familles, elles se sont traduites par le manque de confiance et de liberté, des disputes au sein de la famille, une baisse des activités familiales, la négligence vis-à-vis d’autres membres de la famille, le recours à la religion.


 


 


 

* En 1987, l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de célébrer la Journée internationale contre l’abus et le trafic illicite des drogues chaque année le 26 juin, afin d’exprimer sa détermination à renforcer l’action et la coopération pour éliminer la drogue de la société.
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Sujet:
Commentaire:
  Code de vérification. Lettres minuscules seulement et sans espace.
Code de vérification: