Choisissez une couleur:

Avril 2014


couv_avril_2014_site.jpg

ok

Vidéo

Get the Flash Player to see this player.

Photo du mois

6 minutes par jour

Album Benoît

  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
  • Album
2008/04/19 Des millions d’oiseaux migrateurs survolent le Liban Imprimer Envoyer

Des millions d’oiseaux migrateurs survolent le Liban

 

Chaque année,246 espèces d’oiseaux qui font l’aller-retour entre l’Europe et l’Afrique passent par le Liban. Ils y font halte pour se reproduire ou pour y séjourner un moment. En l’absence d’un Etat qui les protège, la SPNL* tente de le faire.

 

Le Liban offre des conditions idéales pour la migration des oiseaux. La vallée de la Békaa comprise entre les chaînes du Liban et de l’Anti-Liban est un couloir de migration des plus importants dans le monde. Les rapaces migrateurs et les cigognes profitentdes courants d’air chaud ascendants qui se forment au-dessus de la Békaa durant la journée, pour se laisser porter par eux en planant. Ils se déplacent ainsi sans battre des ailes et sans dépenser de l’énergie. De plus, la Békaa et les chaînes de montagne offrent à ces oiseaux des aires de repos très variées (forêts, marécages, lac …) où ils peuvent se nourrir, se reproduire et préparer leurs nids. La SPNL a répertorié au Liban plusieurs régions très importantes pour les oiseaux du monde comme le marécage de Ammiq,la réserve du Chouf, le Horsh Ehden et l’île des Palmiers. Ces régions ont été sélectionnées car elles offrent un habitat unique pour un groupe d’oiseaux.Leur conservation est primordial pour la protection des oiseaux du monde.

Pourquoi les oiseaux migrent ?

Les facteurs qui influencent le déclenchement de la migration ne sont pas encore tous connus. Toutefois, on sait que chaque oiseau migrateur possède un rythme interne propre qui commande les périodes d’activité migratoire. Les tendances migratoires sont aussi régis par desfacteurs externes comme les changements saisonniers de la température et le fait de trouver ou de ne pas trouver de nourriture.Avant de migrer, les oiseaux accumulent les graisses nécessaires pour effectuer un voyage de 7000 à 8000 km du nord au sud.

Les fléaux qui menacent les oiseaux migrateurs au Liban

Sur les 370 espèces d’oiseaux identifiées au Liban, 17 sont en voie d’extinction dans le monde. Pourquoi ? Les pesticides utilisées en grande quantité dans l’agriculture menacent les oiseaux et leurs progénitures. Avec la déforestation, la disparition des marécages et l’urbanisation galopante ces oiseaux perdent leur habitat naturel. La chasse est aussi un fléau.Bien que le Parlement ait ratifié en 2004 une loi pour réglementer la chasse au Liban, celle-ci n’est toujours pas appliquée. De plus, une étude menée par la SPNLmontre qu’au Liban 74% des chasseurs appliquent des techniques de chasse illégales (pièges, colle, enregistrement de gazouillis…).

Les Himas

Pour protéger les régions où les oiseaux migrateurs viennent se reposer au Liban, la SPNL a aménagé des « Himas » : Qoleileh (sud de Tyr) Kfar Zabad et Ebl el Saki (Békaa). Dans ces espaces ce sont les municipalités et la population locale qui empêchent les chasseurs d’abattre les oiseaux et qui protègent la nature car elles en tirent un profit. Grâce aux donations internationales qui ont été investies dans les himas, des projets ont été créés par la SPNL pour protéger la biodiversité et développer l’écotourisme . Les visiteurs yviennent nombreux.

* La SPNL, Société pour la protection de la nature au Liban est affiliée à la BirdLife International.

L’importance des oiseaux
·<!--[endif]-->Les oiseaux mangent des animaux nuisibles comme les chenilles processionnaires. L’aigle se nourrit de rats et de mulots durant la journée et la chouette les mange durant la nuit.

<!--[if !supportLists]-->·<!--[endif]-->Les oiseaux favorisent la dispersion des graines des arbres

<!--[if !supportLists]-->·<!--[endif]-->Certains oiseaux comme le vautour se nourrissent d’organismes morts et nettoient la nature.

 Au début de l'automne, beaucoup d'oiseaux migrent sur de longues distances, principalement depuis les zones tempérées, vers le sud, puis reviennent vers le nord au cours du printemps. Comme on peut voir sur la carte, le Liban est une des principales routes empruntées par les oiseaux migrateurs.

 
Le serin syriaque est une espèce d’oiseau en voie d’extinction. La SPNL a retrouvé cet oiseau dans la réserve du Chouf et dans le village de Kfar Zabad (Békaa). Actuellement, elle cherche à mieux le connaître en étudiant ses habitudes alimentaires. Ceci lui permettra ainsi de le protéger.

La SPNL organise le festival annuel des oiseaux dans les Himas. Ici, à Ebl Saki, des activités ont été préparées pour sensibiliser les jeunes à la nécessité de protéger les oiseaux.

Le faucon Crécerellette est un rapace migrateur qui passe par le Liban. La population de cette espèce de faucon est en forte régression à cause de la diminution de ses ressources alimentaires.

La caille est un oiseau migrateur qui effectue de longs voyages. Elle habite l’Europe en été et l’Afrique en hiver. Au printemps, elle se nourrit essentiellement d’insectes. Cette alimentation riche en protéines lui permet de reprendre des forces après son long voyage migratoire et de se préparer à l’élevage des oisillons.

 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Sujet:
Commentaire:
  Code de vérification. Lettres minuscules seulement et sans espace.
Code de vérification: